Vie de St Jaoua

Selon Albert Le Grand, Saint Jaoua serait né en Irlande vers l’an 500. Quand Pol Aurélien (son oncle) entre 511 et 558, se décida à passer en Armorique (ou Petite Bretagne), Jaoua le suivit.

Albert Le Grand est un hagiographe breton, frère dominicain, né à Morlaix en 1599 et décédé en 1641 à Rennes.Il fait profession au couvent de Rennes, avant de se voir assigné à celui de sa ville natale en 1622 ou 1623. Né Jean Le Grand, il choisit lorsqu’il entre dans les ordres de se placer sous le patronage d’Albert le Grand, béatifié précisément en 1622 Ses écrits, consacrés à la matière hagiographique et historique bretonne, souvent jugés trop légendaires, connaissent un grand succès. Il est surtout connu pour sa « Vie des saints de la Bretagne armorique », publiée en 1637 et pour laquelle il utilise notamment des manuscrits anciens disparus par la suite.

Venant de Lanildut Fawr, (Llantwitt Major,en Pays de Galles, aujourd’hui), Pol Aurélien et ses 12 (14?) compagnons débarquèrent d’abord à Ouessant,

puis allèrent sur le continent, dans un lieu appelé aujourd’hui Kerber en Lampaul Ploudalmézeau. Ils se construisirent plusieurs cabanes dans des endroits retirés. C’est à ce moment qu’aurait eu lieu l’histoire du buffle sauvage
Ensuite, Jaoua vint probablement jusqu’à PLOUVIEN. Trouvant l’endroit très propice à l’installation d’un monastère, il y fit construire un logement et une chapelle en bois. Plus tard, Jaoua fît bâtir , non loin d’ici, au village appelé Minihy (monastère…) au centre de la tribu, un nouveau monastère plus grand afin de procurer au peuple une plus grande commodité pour assister aux offices: ce fut Minihy Sant Jaoua.

La suite de la vie de Saint Jaoua est beaucoup moins connue. Une version aléatoire et controversée nous raconte que Jaoua se rendit à l’abbaye de Landévennec pour parfaire ses études. Il y serait devenu moine. L’abbé de Landévennec l’aurait chargé d’aller évangéliser le pays de Brasparts et la région du Faou.

Une autre version nous indique que S. Paul Aurélian avait rejoint Ouessant avec 12 compagnons de voyage: l’ayant appris, Jaoua voulut le rejoindre, aidé par deux serviteurs; le courant étant très fort, la mer les aurait rejetés dans la rivière du Faou, près de Landévennec: il y aurait été recueilli avant de se voir confier la mission d’évangéliser Brasparts. Ces propos sont tenus par M. Guy Autret de Missirien en 1659, dans un document analysant les écrits d’Albert Legrand et publié à la BNF : La vie des Saints de Bretagne Armorique

Dans cette région, il se trouva un chef à qui la chose ne plut pas et qui massacra l’abbé de Landévennec et un autre moine venu aider Jaoua. Dieu punit ce persécuteur et tout le pays du Faou fut terrorisé par un animal monstrueux, tant et si bien que Jaoua eu recours à son oncle Pol Aurélien. Pol s’y rendit, parvint à dompter l’animal qu’il amena encordé jusqu’à l’île de Batz pour en débarrasser le pays.

Mieux! Il convertit le chef, le baptisa, lui demanda de fonder un monastère à Daoulas, à l’endroit du double meurtre. C’est Jaoua qui en aurait été le premier abbé.

Jaoua quitta l’abbaye de Daoulas au bout de quelques années pour répondre à Pol Aurélien, évêque, qui se sentait vieillir et avait besoin d’aide. Il l’assista quelques mois comme co-évêque puis Pol démissionna. Certains affirment que Jaoua lui succéda comme évêque du Léon, bien qu’un détail de la crosse semble indiquer le contraire!

Quelque temps après, une famine se déclara dans le pays du Faou. Les gens de là-bas l’appelèrent au secours. Jaoua vint sur place et par ses prières obtint la fin du fléau.

En rentrant par Brasparts, il mourut le 2 mars 554. Là encore une allégorie nous raconte son retour à Plouvien.

Vie de St Jaoua selon A. Legrand (texte de B. Tanguy en 2004)

Alan J. Raude, linguiste, hagiographe et historien, nous donne ici une version intéressante en septembre 2015 d ans le blog  « Ar gedour Mag » -actualité spirituelle et culturelle de Bretagne.

Extrait d’Ar Gedour Mag

Ce contenu a été publié dans Histoire et légendes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.